y a des jours comme ça

je me suis résignée à recuire la gelée une deuxième fois en ajoutant du sucre, à relaver les six pots une nouvelle fois, à les reremplir et à constater non sans fierté que la consistance était parfaite.

poussée par un soudain sentiment de remords, j'ai frotté pendant 30 minutes le fond de la casserole et - merci - elle va bien.

côté couture, ça galère. je suis en train de confectionner un sac pour une amie - j'ai déjà pris du retard et là, ça coince un peu, parce que je ne me souviens plus très bien, comment j'avais mis en place la fermeture zip (qui n'est pas prévue dans l'explication de base). je vais de ce pas me munir d'un de mes très nombreux découseurs et méditer sur l'histoire.


à + ...

envie d'une nouvelle marmite vapeur ?

envie d'une nouvelle marmite vapeur, mais des scrupules face à cet achat inutile, étant donné que la vieille est robuste et à première vue increvable ? mais ce ne sont là que des apparences, rien n'est réellement increvable. j'en ai la triste preuve sous les yeux. voici la liste des ingrédients nécessaires à l'opération : 1 kg de coings bien mûrs, 1 dé à coudre (de préférence le plus petit disponible), de l'eau et la fameuse marmite vapeur = autocuiseur de 6 l.

mode d'emploi : laver soigneusement les coings (on ne sait jamais à quoi ils pourraient servir plus tard), couper en petits dés lesquels on déposera dans la marmite, remplir le dé à coudre d'eau et rajouter l'eau aux coings. fermer la marmite, mettre sur le feu et attendre (éventuellement profiter du temps d'attente pour prendre des photos du rallye qui passe devant la maison, faire réciter les devoirs aux enfants, etc., chacun trouvera une occupation selon ses envies.) au bout de 20 minutes, s'étonner que la soupape de la marmite ne monte toujours pas. tiens, bizarre. effectivement ça sent très légèrement le caramel (ou est-ce l'odeur des coings qui fondent?). aucune vapeur s'étant formée dans la casserole, il est tout à fait possible à ce moment-là d'enlever le couvercle, de rajouter la quantité d'eau indiquée dans la recette, soit 1/2 litre d'eau pour 1 kg de coings, de refermer le tout et de poursuivre la cuisson = extraction du jus de coings.

pour ma part, je n'aime pas la gelée de coings. donc, sans scrupules j'ai filtré le jus obtenu, jeté les morceaux de coings et posé la marmite dans un coin(gs) pour (en vain) essayer de nettoyer le fond recouvert d'une substance cristallisée noire plus tard.

ce matin, j'ai terminé la cuisson de la gelée, elle est jolie, encore relativement très liquide et quant au goût, je n'en ai toujours pas la moindre idée. et si ma famille osait s'étonner du goût de brulé, je déclarerais que c'est la petite touche 'vintage', si difficile à obtenir. ralala, je crois qu'il vaut mieux que j'aille coudre un moment.


bientot novembre

en attendant la neige, nous nous sommes évadés quelques jours au sud ...